vendredi 2 octobre 2009

18. « Six pieds sous les vivants » d’Antoine Chainas

Je hais Antoine Chainas !! Vous souhaitez savoir pourquoi ???
Et voici le cinquième opus des aventures de Mona Cabriole, héroïne incontournable de la collection « Polar & Rock’n’roll » de la Tengo Editions.
J’avais en d’autres lieux chroniqués deux des aventures de notre jeune (et jolie) reporter au scooter rose et avait apprécié la montée en puissance du personnage, et c’est avec appréhension que j’entamais cette nouvelle aventure dans le douzième arrondissement (où j’ai dans une autre vie trainé mes guêtres). Coincé entre la Bastille, la porte de Bercy et la porte de Vincennes, avec la gare de Lyon, la Seine qui limite son coté sud, les marchands de meubles de luxe, son hôpital ophtalmo, le musée de l’Afrique et de l’Océanie aujourd’hui disparu, ses petits bistrots… Bref le coin calme (trop même…).
Jusqu’à hier soir où j’ai reposé mon livre… essoufflé ! Antoine Chainas (dont je n’avais rien lu), c’est simple, je le hais. D’ailleurs je cherche désespérément dans mes 40 mètres de linéaire de Série Noire (quand on aime…) ses trois autres bouquins pour les dévorer.
Jusque là, Mona Cabriole c’était du polar. Là c’est noir… Pire, noirâtre ! Le premier tiers du livre c’est la descente hallucinée dans les couloirs de l’institut médico-légal de l’hôpital Saint-Antoine… J’aurais préféré ne pas savoir. Les balades flirtent dangereusement avec le gore et Mona subit sans vraiment pouvoir se libérer d’une manipulation psychologique dont elle ne se dépêtrera que meurtrie… Je ne résumerai pas le livre ici, mais on y rencontre un bouquiniste digne de Faust (alors que les bouquinistes sont généralement A-DO-RA-BLES !), une alternative rock star décédée, un gourou techno-rock tout puissant qui organise des « soirées » dont je me demande en tremblant si des équivalents peuvent exister (et non, Monsieur Chainas, je ne souhaite pas de réponses !). Et journalisme et police sont promenés par d’invisibles tout-puissants.
Le roman est rythmé par une écriture sans failles, d’une sècheresse bien crue et bien calculée ainsi que de trois scènes d’un réalisme époustouflant qui flirte avec le fantastique. Les deux soirées « musicales », dont Mona sera témoin et acteur, m’ont laissé muet de stupéfaction (et il faut le faire !).
Notre pauvre Mona roule désormais sur un scooter rose taché d’un sang noir à moitié coagulé qui lui enlève le fourreau de « petite midinette branchée » que lui avaient enfilé ses premiers auteurs pour la couvrir du fardeau de l’humanité transie.
Merci Monsieur Chainas (mais je vous hais quand même !)
 
« Six pieds sous les vivants » Antoine Chainas . La Tengo Editions Sortie 19 octobre
Neuf 9 euros  (5 € chez tout bon bouquiniste ! )
Intelligence : ***
Description : **
Action : **
Humour : 0
Amour : **
Violence : **
Sexe : *

À télécharger :