mercredi 25 avril 2007

Le bouquiniste a lu 2

Imaginez-vous, vous promenant sur le forum à Rome et vous retrouvant (bètement) renvoyé 1 400 ans plus tôt à la fin de la Rome antique...
De peur que les ténèbres (ce n’est pas un livre d’horreur)
 
Un de mes fidèles clients est un universitaire (jeune) expatrié de la douceur angevine pour cause de marasme d’enseignement. Du coup, il vient me voir moins souvent (et je le soupçonne d’acheter parfois ses livres ailleurs…)
Cela faisait quelques semaines qu’il n’avait pu passer me voir quand il entre dans la boutique d’un pas décidé, l’œil rivé sur le rayon SF, puis après quelques minutes de recherches infructueuses, se tourne vers moi : « Vous n’auriez pas un bouquin de Lyon Sprague de Camp, c’est l’histoire d’un type contemporain qui se retrouve catapulté à la fin de l’époque romaine et qui profite de ses connaissances modernes pour s’installer confortablement »
Interloqué je lui demande le titre, « De peur que les ténèbres »
Je n’en avais que trois (à ma grande surprise), deux chez l’excellente maison d’édition belge malheureusement disparue : Marabout, et l’autre chez une autre perte de l’édition française : Néo.
Je laissais mon client s’emparer d’un des Marabout et me saisissais du Néo.
… Deux nuits sans sommeil.
Et je n’avais JA-MAIS entendu parler de ce livre !
Pour une raison mal définie et alors qu’il admirait le Panthéon, le docteur Padway se trouve projeté 1400 ans dans son passé. Voilà de quoi décontenancer le commun des mortels. Lui, non ! Comparable au Cyrus Smith de l’île mystérieuse de Jules Vernes, Padway s’en sort remarquablement bien en « inventant » la relation bancaire, la comptabilité avec le zéro, l’alcool, le papier et bien d’autres choses qui vont faire de cet opportuniste bon teint un homme fort de son époque. Ne nous y trompons pas, la réflexion sur la conséquence de ses actes sur le futur ne l’effleure même pas. Le roman est plein d’un humour au second degré, et on prend grand plaisir à voir l’ingéniosité de l’homme moderne face à l’ignorance antique.
Il est passionnant aussi de se promener dans cet époque trouble (et mal connue pour ma part) où les factions en place (Goths, Francs, etc…) dansent le balai des grandes invasions barbares. L’ingéniosité et les machinations de Padway sont sans failles et son parcours est littéralement exultant.
 
 
            
De peur que les ténèbres
Lyon Sprague de camp
En rupture en neuf / En occasion chez Néo, Marabout, Manitoba
Indisponible ( 5/10 € chez tout bon bouquiniste ! )
 
Intelligence : **
Description : *
Action : **
Humour : **
Amour : 0
Violence : *
Sexe : 0