samedi 12 janvier 2008

Le bouquiniste a lu 7

"Lettres à un ami... Correspondance d'un hiver en Mongolie" de Michaël Guichard chez "Avel Nomad éditions"
Vous ai-je déjà dit combien les voyages m'ennuyaient ? C'est idiot, je vous l'accorde sans peine car une fois arrivé, je suis TRES content. Mais voilà : pour me faire partir : bonjour !
En fait c'est pour cela que je lis beaucoup, les autres me font voyager, et quand ils sont bons je vois tout ce que ces professionnels de la transmission du concept me donnent. S'ils sont très très bons, je capte des parfums, des arômes. Et pour les maîtres, je ressens presque tactilement les choses.
Bin Michaël, c'est un maître ! Il est arrivé à la boutique samedi soir dernier avec deux livres en poche et son histoire mal rodée de dépot-vente-auto-édité et comme d'hab' et bien qu'il ne soit pas de chez nous (c'est un breton !!) on a pris son livre.
Du coup je l'ai lu (surtout qu'il nous avait fait un envoi vachement gentil) : la claque !
Tu t'es déjà retrouvé en Mongolie volontairement faire le berger au milieu des yourtes, des loups, des yacks, et des gens que je veux bien comme frères et sœurs ? Sans savoir comment on va revenir.
Il a passé un moment de rêve Michaël (et un long moment : un an) et au travers de lettres qu'il écrit à un ami, il nous fait partager son rêve de la plus belle des façons. Le paradis, il a vécu un an au paradis. C'est bien simple j'irai presque... J'y suis allé, au travers des mots de Michaël et ses émotions qui le transportent sans heurts dans son utopie.
Il a fallu que je remette un pull ! Que j'associe une odeur de bétail à ses passages "berger" ! Que je retienne mes hoquets nauséeux devant son délicieux ragoût d'abats de chèvre...
Le chapitrage est fait de façon très sympa de pages de plus grand format qui recouvrent l'ensemble des pages du chapitre en se rempliant comportant chacune d'entre elles de très jolies photos couleur. (si vous avez compris :  bravo !)
Le prix de vente de ce superbe document est de 25 euros et nous en plus on vous l'envoie GRATOS ! (C’est de la faute à Amazon Monsieur l'Agent !)