jeudi 22 juin 2006

Michel Amelin, écrivain, instituteur, "polardeux" homme de coeur

L'auteur a donné une conférence à la librairie Contact à Angers il y a quelques semaines. En voici le compte rendu établi par JP Guéry.
Michel explique !! (Photo JP Guéry)

CONFERENCE DEBAT DE MICHEL AMELIN

 

Invité le 22 avril dernier par la LIBRAIRIE CONTACT et la revue La TÊTE EN NOIR Michel Amelin a animé une conférence-débat sur LES ENJEUX DU ROMAN POLICIER POUR LA JEUNESSE

A travers son parcours de jeune, de lecteur ensuite, puis d’écrivain et d’enseignant, il a rendu compte de l’évolution et de la spécialisation d’un genre de littérature qui a connu une apogée avant une régression en tirage. Auteur de plus de 100 ouvrages à destination de toutes les tranches d’âge entre 0 et 16 ans, Michel Amelin connaît son sujet sur le bout des doigts et il a su partager sa passion de l’écriture avec un auditoire attentif et curieux. Bien rôdé à ce type d’intervention publique, il a décortiquer l’historique du roman policier pour la jeunesse en 9 parties illustrées par des exemples très parlants :

 

1) Mystère policier et conte moral (Comtesse de Ségur, Mme de Stolz)

2) L’industrie de la jeunesse, l’aventure pour la jeunesse (Enid Blyton et Caroline Quine ) (Enid Blyton et Caroline Quine )

3) La Mort est taboue (Erich Kastner, Boileau Narcejac, Bozon) (Erich Kastner, Boileau Narcejac, Bozon)

4) L’attitude du monde enseignant vis à vis du policier. Négation dans les années 70 et reconnaissance dans les années 90 . Négation dans les années 70 et reconnaissance dans les années 90

5) le Noir de Syros. La Mort n’est plus taboue

6) L’élargissement des thèmes. Les connaissances actuelles des enfants. L’ADN face au CM1. Les films TV policiers et l’entrée dans les familles de la médecine légale et des procédures / La recherche et le parcours initiatique / La dénonciation sociale / L’évasion pure / L'installation des auteurs policiers "adultes" comme classiques jeunesse (Christie, Doyle) / L’humour et la détection (surtout pour le primaire) / Le thriller suspense / L’intrigue historique . Les connaissances actuelles des enfants. L’ADN face au CM1. Les films TV policiers et l’entrée dans les familles de la médecine légale et des procédures / La recherche et le parcours initiatique / La dénonciation sociale / L’évasion pure / L'installation des auteurs policiers "adultes" comme classiques jeunesse (Christie, Doyle) / L’humour et la détection (surtout pour le primaire) / Le thriller suspense / L’intrigue historique

7) les maisons d’éditions jeunesse. Quelles contraintes pour les auteurs ? Un coup d’éditeur : "Double Meurtre dans l’Abbaye" de Jacqueline Mirande (Castor).  

8) Les auteurs sont-ils tous à la hauteur de la nécessité de structure du roman policier ?

- Danger et dérapage. (la mauvaise psychologie, le descriptif ennuyeux, la documentation trop pédagogique, les titres prescrits sont-ils aimés des enfants ?)

- Les mauvais titres ne seront jamais aussi dangereux que certains films pour jeunes (ex : Bad Boys 2 avec Will Smith)

9) conclusion : les avantages d’une littérature structurée. .

a) pour l’appréhension d’une intrigue dans sa globalité et son déroulement.

b) pour l’approche d’un bon scénario

c) pour le support aux fantasmes adolescents (Comtesse de Ségur, Mme de Stolz)(Enid Blyton et Caroline Quine )(Erich Kastner, Boileau Narcejac, Bozon). Négation dans les années 70 et reconnaissance dans les années 90. Les connaissances actuelles des enfants. L’ADN face au CM1. Les films TV policiers et l’entrée dans les familles de la médecine légale et des procédures / La recherche et le parcours initiatique / La dénonciation sociale / L’évasion pure / L'installation des auteurs policiers "adultes" comme classiques jeunesse (Christie, Doyle) / L’humour et la détection (surtout pour le primaire) / Le thriller suspense / L’intrigue historiqueUn coup d’éditeur : "Double Meurtre dans l’Abbaye" de Jacqueline Mirande (Castor)..