jeudi 24 septembre 2009

Nouvelles du front N°6 24/09/09

Trop cher les livres d'occasion ! Les malheurs de Kropotkine. C'est bon d'être un petit futé.
Quand les amateurs se professionnalisent.
Comme je suis un homme parfaitement intégré dans notre société, je fais en sorte de fréquenter mes semblables (je vois quelques sourires narquois dans l’assistance !!). Et donc apprenant que dans mon bl.. villa… bourg avait lieu un vide-grenier, je décidais par ce beau dimanche de septembre d’aller y faire un tour. Quand au détour d’une des allées clairsemées de l’évènement, je vois une dame ayant mis en vente une quinzaine de Tintin d’édition commune dans des états corrects. Souffrant cruellement (on souffre toujours cruellement, c’est un monde ça…) pouf pouf, souffrant gentiment donc d’une pénurie de Tintin je m’enquérais auprès de la dame du coût de ces ouvrages. « 5 euros l’un ». Mais ce sont les prix où je les vends moi ! Et moi c’est mon métier ! Je ne vide pas mon grenier moi ! Je paie 2 300 euros de loyer pour vendre mes Tintin à 5 euros. Plus les charges et les emprunts ! Et les impôts ! Je tentais une négociation où je me suis fait rembarrer. J’appris par la suite par l’une des commères de mon  bl.. villa… bourg que la dame était rentré chez elle avec ses Tintin.
Qu’à cela ne tienne, je pris mon véhicule et avec ma petite famille me rendait à Angers, fête du patrimoine et brocante de la rue Toussaint faisant. Je saluais mes confrères de la rue Toussaint et passait devant une dame (encore une…) qui vendait des « J’ai lu leur aventure » des bouquins bleus qui ont pour sujet la guerre et je souffre genti… Bref. « Vous les vendez combien ? » « 2 euros l’un » « et si je vous en prends 50 ? » « 90 euros ». Je n’ai fait aucune réflexion, ai salué poliment, et suis allé ouvrir ma boutique… J’ai appris par la suite que la dame en question avait replié son stand avec les 50 livres sus-cités.
La joie du propriétaire !
Que Kropotkine me damne… Entre le choix de payer 800 euros de loyer et 650 euros d’emprunt ( !!!) nous avons fait le choix de devenir propriétaires des murs de notre aile nord (c’est beau hein ?). Après moultes pérégrinations qui feraient passer les voyages d’Ulysse pour un aimable jogging, les papiers définitifs ont été signés ce matin ! Nous allons donc pouvoir planifier nos travaux d’ici fin décembre, et fêter ça dignement avec vous, je pense en mars !
Le plaisir d’être futé !
Lundi soir dernier, nous étions convié au raout du « Petit Futé ». Grand bien nous en a pris car sous la tutelle de Christian Guille, la fête était magnifiquement organisée, le tout au milieu d’un marché gourmand où nous avons découvert quelques artisans de bouche du coin qui valent le déplacement. (Par contre au niveau des vins… Mais je suis d’origine bordelaise DONC extrêmement chauvin).
Et tiens je ne résiste pas… La célébration des 20 ans du « Petit futé » à Angers se déroulait dans la salle du rez-de-chaussée du théâtre Le Quai plus un petit espace à l’extérieur où lorsque nos pas nous menèrent j’en profitai pour allumer une cigarette. Ma charmante épouse repéra alors un quidam viticole qui produisait entre autres une boisson bulleuse rosée qu’elle voulut absolument que je déguste (car elle, est de par ici…). Bonne âme, je m’approchai et c’est avec un profond mépris que l’homme me tendit une coupe de sa boisson en me disant « Je sais que ce n’est pas commerçant mais fumer pour déguster du vin… » Ce à quoi je me permis de lui répondre que malgré mon vice, j’étais sorti second palais de mon école d’œnologie (si, c’est vrai !), et donc il préféra s’enfuir en me disant que son breuvage était à base de Cabernet. Et c’était bulleux et amer… Rassurez-vous la majorité des autres commerçants que nous avons rencontré étaient charmants et leurs produits délicieux (macaron de foie gras aux figues, crêpe de lentilles au chutney de mangue, etc… Non, je n’oublie pas des rillauds à tomber par terre et des ardoises délicieuses et hors de prix…)
Et bien nous avons été gâté par ‘Le petit futé » cette année ! Futé de l’année, et un encart couleur dans la page des bouquinistes où on dit plein de choses gentilles. C’est bien simple dès que je l’ai (je ne l’ai pas pris là-bas !) je vous fais une page dessus. C’est bon pour le diamètre de nos chevilles.