mardi 8 avril 2014

Phénomène J news 2013/2014

Pour ceux qui s'intéressent à l'évolution de la boutique, tout est là !

Les deux façades.

.

Tout est sur la porte !

Parlons un petit peu chiffre. L’année 2012 a été très difficile puisque Phénomène J dont le chiffre d’affaire (CA) progressait tous les ans depuis 2004 de 8 à 15% a fait une chute de 13% nous ramenant au CA de 2010. Comme il s’avère que les charges, elles, progressent d’année en année nous avons engrangé une perte nette de plusieurs milliers d’euros.

Les investissements lourds de nos deux agrandissements n’étant toujours pas amortis, notre trésorerie ne nous permettait pas de subir deux chocs consécutifs de ce genre.

Nous restaient deux choix : la fermeture en douceur ou un plan de reconstruction de l’entreprise mêlant habilement économies et investissements.

Nous sommes partis du postulat que la situation économique ne s’améliorerait pas dans les prochaines années et qu’il nous fallait adopter un comportement de résistance optimiste (genre : on résiste parce que ça marche).

Nous avons pris un nouvel associé : Pierre-Marie Soncarrieu (25 ans) qui a apporté un souffle de jeunesse à l’équipe de vente et qui depuis plus d’un an aujourd’hui a permis de mettre en place le dispositif Phénomène J 4.01.

Les résultats sont positifs puisque en 2013, nous avons dégagé un bénéfice net après impôt de 81 euros ! (112 euros d’impôt sur les sociétés). Les « actionnaires » après une réunion détendue ont décidé de réinvestir l’ensemble de cette somme dans l’entreprise.

Nous sommes en phase de négociations avec nos propriétaires pour remettre les loyers à un niveau décent (nous avons payé plus de 35 000 euros de loyer en 2012…).

Et nous fermons ou réduisons physiquement quelques rayons à rentabilité nulles (et à 350 € le m² de location annuelle avoir 30 m² qui font 2 000 € dans l’année engrange une perte sèche de… 8 000 € rien que pour les loyers).

Rassurez-vous, ces livres sont conservés avec amour dans des zones d’entreposages (nos caves saines ou un entrepôt à Ingrandes sur Loire et il est possible de vous les ramener en boutique si vous  souhaitez les consulter).

Nous avons décidé d’autre part de fermer notre rayon BD franco-belge.

Mais pourquoi t’est-ce ?

La première des raisons est que ce n’est pas notre cœur de métier. Nous revendiquons notre spécialité en littérature et plus spécifiquement en littérature de genre (SFFF, polar,…) et en comics.

La seconde réside dans le fait qu’en plus des deux bouquinistes BD du centre-ville, en apparaissent deux autres dans les mois qui viennent dont l’un nous intéresse plus particulièrement : BD Passion Collection dirigé par Claude Schmidt.

Cet homme-ours (2 mètres, 130 kg) est un client historique de Phénomène J, passionné de BD qui a décidé il y a trois ans de se lancer dans le commerce de BD d’occasion et qui depuis a fait de nombreux salons avec un stand que nous avons pu admirer à Chalonnes en février et un stock à remplir à ras bord une petite boutique.

Nous croyons tellement à son projet que nous lui avons cédé une partie de notre boutique : la zone polar (l’ancien salon de thé dont nous avions fait l’acquisition il y a six ans). Inutile de dire que cela a bouleversé sauvagement l’agencement de notre boutique et que grâce à un sens du puzzle remarquable, nous avons recasé l’ensemble des grandes bibliothèques de la salle polar dans le reste de notre surface (70m²) au sacrifice d’un présentoir de magazines monumental qui ne nous servait à rien et de présentoirs en bois énoÔormes où nous mettions les ouvrages en déstockage (Attends ! Attends !).

Notre « salle du fond » est désormais dédié au déstockage des livres, on y trouve de la « Série noire », du « Fleuve noir anticipation », du livre de guerre « Gerfault », du western « Champs Elysées » et des milliers d’autres ouvrages, magazines BD, entre 0.50 et 2€.

Inutile de dire que nous avons promené dans la boutique des tonnes de livres et que Pierre-Marie qui  il y a un an à peine était une petite chose malingre et décharné est devenu un superbe éphèbe au corps musclé !

L’installation est aujourd’hui dans sa dernière phase : les travaux de rafraichissement sont en voie de finition. (Au moment où je vous parle Sergio de La Végas ferme l’accès à la salle qu’il vient de vitrifier (non ! Juste le parquet) et repeint (façade et intérieur) et Pierre-Marie soutenue par Olga (notre stagiaire) est entrain de remettre en ordre alphabétique les 49 483 livres que nous vous proposons à la vente.

 

Ça commence à ressembler à quelque chose…